[Focus] Le Season Pass de Marvel’s Spider Man

Je vous propose un petit retour sur les trois dlc scénaristiques de Marvel’s Spider Man sorti en octobre, novembre et décembre 2018. Un article réalisé à partir d’un Season pass dématérialisé acheté sur PS4 par mes soins.

Spider-Man-PS4-DLC.jpg

Un de mes coups de cœur de 2018, l’excellentissime bébé de chez Insomniac Games, Marvel’s Spider Man (d’ailleurs sa petite critique se trouve ici) nous propose, lui aussi, un season pass avec trois dlc scénaristiques. Hors promotion, ce Season Pass au doux nom de « The City that never sleeps » nous « offre » donc trois chapitres de 3-4 heures intervenant réellement après l’aventure principale au « doux » prix de 19.99€. Il faudra donc au moins finir le jeu si vous souhaitez vous lancer dans ce contenu supplémentaire afin d’éviter tout spoils. Avant d’attaquer les trois contenus un par un, sachez que pour accéder à ces trois dlc, il faudra dans un premier temps acheter le ou les contenus souhaités (forcément ça ne marchera pas sinon…), vous rendre dans le menu « DLC ») et activer le contenu souhaité. Une fois fini, vous pourrez activer les suivants mais sachez qu’ils ne se « juxtapose » pas les uns sur les autres, ils sont tous indépendants. Cette nuance est importante quand aux missions de quartiers et les défis de Screwballs. Rassurez vous, je n’ai pas l’intention de vous spoil, comme de coutume sur le blog.

Marvel's Spider-Man_20181221211504

The Heist

Marvel's Spider-Man_20181222210503

Marvel's Spider-Man_20181222210754

Tout commence alors que Spider Man fait sa petite ronde nocturne. C’est alors que Mary Jane l’interpelle sur une étrange activité de la mafia, qui profite de l’arrestation de Wilson Fisk pour récupérer le pouvoir en ville. C’est ainsi que Spider Man va devoir intervenir dans un musée puisqu’il y est question d’un tableau qui pourrait offrir carrément le siège à l’une des familles l’ayant en main. Un début qui met les pieds dans le plat, et qui en terme de qualité d’écriture, reste identique à l’aventure principale mais ce premier dlc vaut le détour, non pas pour son scénario mais bien par la présence de la magnifique Black Cat qui s’était payé le (grand) luxe de carrément teasé sa présence, tel une diva des grands jours, dans une mission annexe de Spider Man. Mais cette fois-ci, elle est bel et bien là, en chair et en pixels, et la bougresse est tout simplement magnifique. Mais aussi un peu (beaucoup) femme fatale sur les bords et c’est tout le sel de ce premier dlc.

Marvel's Spider-Man_20181222210930

Marvel's Spider-Man_20181222220116

Pendant 4-5 heures (environ, je n’ai pas compté précisément le temps qu’aura duré ce 1er contenu), vous aurez donc des crimes annexes par quartiers à effectuer, des tableaux à récupérer dans une quête secondaire (qui prennent la « place » des sacs à dos), les défis de Screwballs qui fait son grand retour après s’être fait arrêtée par Spider Man et qui nous propose des défis qui ne servent vraiment à rien, sauf à rallonger artificiellement la durée de vie (comme les défis de Taskmaster en fait) et l’histoire principale avec Black Cat qui se révèle vraiment intéressant, du moins selon moi. Alors certes, malgré trois petites nouveautés de gameplay comme l’ajout d’un gros baraqué avec une sulfateuse et un combat au musée qui vous demande de cantonner les ennemis dans les locaux sous peine de game over, plus une dernière nouveauté sur laquelle je me tais sinon je ne ferais que vous spoils, le tout est assez prévisible en terme de contenu mais tellement jouissif dans l’écriture.

Marvel's Spider-Man_20181222210326

Marvel's Spider-Man_20181222220229

Dans les dialogues notamment, entre Spider Man et Black Cat surtout, où chaque échanges se révèlent tous savoureux, malgré quand même une fin prévisible. Sachez, pour finir, que je n’ai pas boudé mon plaisir. Pas de réelle nouveauté à proprement parler, surtout dans les pouvoirs de tenues (les tenues en elle même, débloquées une fois le contenu fini, ne sont pas ouf), ainsi que les défis de Screwballs que je trouve vraiment inutile au possible, ce 1er dlc vaut vraiment le détour grâce à la présence de Black Cat, qui porte à elle toute seule tout l’intérêt de The Heist, tant la belle voleuse au charme ravageur fait son effet sur moi (et sur Peter au passage). Bref, pour un 1er dlc, ça fait grandement le travail.

Marvel's Spider-Man_20181222225346

Turf Wars

Marvel's Spider-Man_20181225215332

Marvel's Spider-Man_20181225215922

Après une fin prévisible mais spectaculaire lors du 1er dlc, Turf Wars reprend immédiatement, cette fois ci les hommes de Hammerhead ont décidés de mettre les bouchées double pour reprendre le pouvoir. En résulte une opération de police qui tourne mal et une Yuri Watanabe mis en avant, à la place de Felicia. Le personnage de Yuri va changer durant les événements de ce second dlc et ce changement reste, pour moi, intéressant. Pas de réelle nouveauté de gameplay, on enchaîne la quête principale, les QG de Hammerhead à nettoyer, les défis de Screwballs à effectuer, les crimes de quartier à faire, ainsi que la quête principale à découvrir. Le tout vous occupe 3-4 heures, un peu moins de temps que le 1er dlc, mais ici ce qui prime le plus, c’est la difficulté. Cette dernière est juste excessive, à un point où il m’aura fallu par moment un ou deux essais, comme le boss de fin ainsi que 1 ou 2 défis. Une durée de vie un peu, beaucoup, même, gonflée, dû à cette difficulté, qui est assez commune dans ce genre de dlc, ce n’est pas la première fois que je voit ça. D’ailleurs, c’est généralement utilisée quand le dlc en soit n’a pas de réelle utilité. Ici, c’est chacun sa sensibilité quand au personnage de Yuri, en ce qui me concerne, je dois bien avouer que je suis assez curieux de ce qu’il va advenir d’elle maintenant que les événements de ce second dlc se sont passés.

Marvel's Spider-Man_20181226201957

Marvel's Spider-Man_20181225221523

Silver Linning

Marvel's Spider-Man_20181227172321

Marvel's Spider-Man_20181227184754

Alors que les évènements en ville vont toujours plus loin dans l’incontrôlable, Spider-Man est rejoint par la (très) belle, badass et surpuissante Silver Sable, de retour en ville, histoire de calmer ce très cher Hammerhead. Fidèle à elle même, Silver va ignorer notre tisseur adoré et tenter de régler le problème par elle même, hélas en vain. Fort heureusement, selon l’adage, le travail en équipe finirait par toujours payer… Encore plus de combats, qui sont une fois de plus assez difficiles en soit, toujours cette histoire de Screwball et ses défis inutiles mais plus faciles que les précédents, toujours les QG à nettoyer en 6 vagues d’ennemis et les crimes de quartier à faire, la recette ne change pas d’un iota mais ce troisième et dernier dlc est porté par une écriture sur les motivations de Silver (cette histoire géo politique en Symkarie vaut le coup d’oreilles), sur ce qui arrive à Yuri ainsi qu’un retour pas si surprenant d’un personnage pas si inconnu(e) que ça et qui se paye le luxe de débarquer à point nommé. Bref, une fois encore, ce dlc est porté par une écriture qui fait le travail et non pas pour son contenu. D’ailleurs, le studio a tellement confiance dans son bon travail d’écriture qu’il en profite pour y glisser une petite propagande politique très à gauche, histoire de passer le mot très politiquement correct (prend ça dans les dents Trump et toc !), ça ne fait jamais de mal une bonne propagande quand elle est toute gentille et pas du tout captable à dix bornes à la ronde… Le tout m’aura retenu, selon mon estimation, 4-5 heures mais en faisant tout à 100%.

Marvel's Spider-Man_20181227213144

Marvel's Spider-Man_20181227172356

Le petit avis qui n’est pas un verdict

Marvel's Spider-Man_20181227175351

En prenant en compte que nous parlons de dlc scénaristiques et non pas d’extensions (la nuance est importante je pense), le season pass de Marvel’s Spider Man fait le travail haut la main, vendu à petits prix (19.99€ les 3 dlcs, je trouve ça pas si cher que ça). Néanmoins, il faut bien garder à l’esprit que les événements décrits dans cette histoire de reconquête du pouvoir par Hammerhead sont en soit secondaire par nature. En sachant que la quête principale se suffit à elle même et que nous parlons bien de contenu supplémentaire afin d’avoir du rab (parce que bon, la suite, on va devoir l’attendre un paquet d’années, si bien sûr il y a une suite), hé bien en sachant cela, ce season pass fait le boulot, sans non plus être inoubliable, grâce à son quatuor de femmes : Mary Jane, Black Cat, Silver Sable et Yuri (il est bien entouré le Peter quand même), qui portent une histoire de guerre de territoires dans les rues de New York avec brio. 12-13 heures de contenu supplémentaire, quand Spider-Man nous offrait une aventure très spectaculaire, ne se refuse pas, même si il n’y pas de réelle nouveauté de gameplay à proprement parler. Rien ne vous oblige à passer à la caisse mais en ce qui me concerne, je ne regrette pas un seul instant le fait d’avoir sauté sur la promotion afin de repartir m’envoyer en l’air avec mon tisseur adoré le temps de cette sombre histoire de mafia.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s