Critique de Warriors Orochi 4

Sorti le 19 octobre sur PS4, Xbox One, Nintendo Switch et PC (via Steam). Développé par Omega Force et édité par Koei Tecmo et Koch Média chez nous, pour un poids d’environ 20 go. Testé sur une version PS4 presse envoyée par Koch Média, que je remercie une nouvelle fois.

Warriors Orochi 4 jaquette critique.jpg

Avant d’attaquer le coeur du jeu en lui même, qu’est-ce donc que Warriors Orochi 4 ? Tout simplement le quatrième épisode du cross-over entre Dynasty Warriors et Samuraïs Warriors initié il y a de cela 11 ans sur la génération précédente. Je rappel que ce sont les fameuses sagas réputées pour être les papas-mamans du genre Musou. Vous prenez un(e) soldat(e) ultra badass et vous enchaînez les troupes ennemis, que ce soit de simples soldats avec par ci par là des boss plus fort que le fantassin de base sans (trop) réfléchir. Les histoires s’inspirent des batailles du Japon féodal mais partent toujours dans des directions un peu tirée par les cheveux, d’ailleurs, le but principal étant bien évidemment d’enchaîner les kills dans des combos aux effets spéciaux de malades. Bref, nous ne sommes pas là pour le scénario mais pour la baston pure comme la crystal meth d’Heisenberg… Dernièrement la formule s’est vu appliquée avec plus ou moins de réussite avec Hyrule Warriors, Fire Emblem Warriors et Attack On Titan 1 et 2. Sachez aussi que je ne traite que la partie solo, puisque Warriors Orochi 4 embarque un mode coop à deux joueurs.

WARRIORS OROCHI 4_20181011154655.jpg

Niveau scénario, puisqu’il y en a un, Warriors Orochi 4 raconte le postulat de départ que des objets divins créés apparemment par Zeus (on ne sait pas trop le pourquoi de sa présence dans un Japon Féodal, mais pourquoi pas…) sont dérobés et remis aux méchants emblématiques des deux sagas. Dès lors, une alliance se mettra en place et une guerre de (très) grande envergure se déclenchera. Puis, patatra, après une grosse correction des méchants, ces derniers sont calmés et un rebondissement arrive, changeant la donne. Bref, ça se bastonne même pour un bracelet avec des pouvoirs dans Warriors Orochi 4. De là dire qu’un jour, ils se battront peut être pour un sushis, il n’y a qu’un pas (que je ne franchirais pas).

WARRIORS OROCHI 4_20181011154901.jpg

Un scénario prétexte, tenant vraiment sur un timbre poste mais qui se rattrape sur plusieurs points comme son casting absolument monstrueux, plus de 170 personnages, oui rien que ça ! D’ailleurs, à chaque fin de missions, plusieurs personnages acquis à votre cause rejoindront votre camp afin d’agrandir votre armée.

WARRIORS OROCHI 4_20181011170018.jpg

Ce nombre conséquent de personnages des deux camps (gentil et méchants, chose basique mais encore efficace de nos jours) se traduit sur les champs de batailles par un nombre hallucinants de boss intermédiaire à vaincre. Je ne me souvenais pas, dans mes tendres souvenirs sur les opus Dynasty Warriors sur PS2, de m’être fait autant de capitaines en si peu d’efforts puisque il m’est arrivé de m’en faire plus d’une dizaine en même temps ! C’est cool pour l’expérience acquise mais parfois, en mode normal, c’est quand même un peu tendu mais soit. Je voulais de la baston, je suis plus que servi, et ça j’achète, ahem.

WARRIORS OROCHI 4_20181011170101.jpg

En ce qui concerne les champs de batailles, si vous connaissez Dynasty Warriors, vous ne serez pas dépaysés puisque le système de carte où les armées sont différenciées par un code couleur (bleue, rouge et jaune) fait son grand retour même si le système n’est jamais parti. Bien évidemment vous avez un objectif de victoire comme faire sa fête à tel personnage ennemi, tout en sachant que sur votre route, vous aurez des soldats de base, des capitaines et des lieutenants (avec un nom propre) à vous farcir. Il arrive que l’ordre de mission change en plein milieu de la bagarre et vous force à changer légèrement le peu de stratégie que vous aviez, même si en ce qui me concerne, je me débarrasse de tout ceux en face et voilà fin de mission. Oui, je suis fin stratège à mes heures perdues.

WARRIORS OROCHI 4_20181011170413

En ce qui concerne le gameplay, pas de surprise puisque vous avez toujours deux boutons pour taper (qu’il faut alterner afin de faire des combos), un pour sauter et le dernier pour votre musou (votre super pouvoir) sur fond de musique très heavy métal avec un peu de sonorité féodal, d’ailleurs, je dois bien avouer que la bande son lors des bastons, ça le fait un ptit peu, mais un tout petit peu. La réelle nouveauté, si je puis dire, c’est que vous avez accès non pas à un personnage mais trois. Déjà, en premier lieu, vu que vous pouvez changer à la volée avec L2-R2, vous pouvez théoriquement enchaîner les combos tout en changeant de personnages et ce à l’infini. Ensuite, il y a l’ajout de la magie conditionnée par une barre de cooldown (se rechargeant plus ou moins vite) et qui n’est rien d’autre qu’une attaque de musou supplémentaire, rien que ça ! Sachant qu’elle se déclenche avec une combinaison de deux touches (R1+carré, triangle ou rond, sachant qu’avec cette dernière touche, ça consommera une barre de votre musou de base), vous pouvez très bien vider le terrain avec la musou de votre premier personnage, le changer, faire la musou de votre second personnage, faire la même chose avec votre troisième personnage et finir sur une attaque de magie, histoire de bien vider l’armée adverse avec vos grosses attaques, d’ailleurs, si ce n’est pas encore suffisant, vous avez accès à un pouvoir de rage, histoire d’être sûr que ça ne bouge plus en face. J’ajoute également le fait que le nombre de kills est pris en compte avec également le nombre de combos que vous faîtes, même si je ne voit pas vraiment l’utilité de savoir que j’ai fait un combo de 3000 coups en 10 secondes… Je finis aussi par vous dire que chaque personnage est différent de son-sa voisin-voisine et qu’il ne se joue pas de la même façon. A vous donc de trouver votre trio magique si je puis dire.

WARRIORS OROCHI 4_20181011155715.jpg

Le mode scénario est pensé en chapitres dans lesquels vous retrouverez ses épisodes principaux (donc chaque épisode égal une grosse baston) ainsi que des missions secondaires vous apportant points d’expériences et personnages exclusifs à débloquer. Là encore, c’est du très classique et rien de bien nouveau à l’horizon. En terme de durée de vie, sachez que si vous faîtes toutes les missions dans les trois difficultés (facile, normal et difficile) et que vous visez à chaque fois le rang S pour les trois difficultés, il vous faudra un sacré bon paquet d’heures, si la répétitivité ne vous fait pas peur. En ce qui me concerne, en mode normal, sans être complétionniste et sans viser le rang S, j’ai dû finir le scénario (seulement) en une trentaine d’heures en rushant pas mal (je fonçais sur le champ de batailles sans autre forme de procès et sans aucune résistance ennemie) mais en prenant un peu de temps dans les menus de personnalisations de mes personnages et de ma base, puisque sachez là encore qu’il y a de la senteur RPG dans Warriors Orochi 4.

WARRIORS OROCHI 4_20181012155010.jpg

Donc la composante RPG de ce Warriors Orochi 4 se traduit par l’obtention de points d’expérience pour vos personnages et votre base ainsi que du loot d’arme après chaque missions. Une fois revenu à votre camp de base, vous pourrez donc dispatcher vos points d’expérience dans les personnages que vous avez besoin, lesquels auront un point de skill à chaque niveau que vous pourrez là aussi débourser dans son arbre de compétences. Quand à la base, c’est le même principe, vous déboursez des points de base pour avoir des effets en plus comme le renforcement de la défense de vos personnages, avoir plus de points d’expérience et ainsi de suite. Rien de bien difficile en fait.

WARRIORS OROCHI 4_20181012163647.jpg

Bref, vous l’aurez compris, Warriors Orochi 4 ne bouscule en rien les habitudes au sein même de ses sagas et même les habitudes des joueurs-joueuses en général. Sauf que Warriors Orochi 4 cumule, en mon sens quand même pas mal de défauts. Déjà si jamais vous pensiez qu’il était traduit par chez nous, j’ai le malheur de vous dire que Warriors Orochi 4 n’est pas traduit en VF. Voix japonaises, sous titres en anglais et menu en anglais, je sais d’avance que le jeu vient de faire un ménage dans son public potentiel. La question des graphismes maintenant, mis à part certains effets spéciaux avec vos pouvoirs de magie et de musou, Warriors Orochi 4 est moche. Très moche même. J’irais même jusqu’à parler de retour à l’époque PS3-Xbox 360, même si fort heureusement, aucun problèmes techniques ne sont venus entachés mes heures de jeu. J’aime de moins en moins être cash de la sorte mais il me faut être honnête, vous ne jouerez pas à Warriors Orochi 4 pour ses graphismes ni les poitrines en voyage des combattantes (parce que oui, les poitrines de ces mesdames « bougent » quand elles se battent, pour ça, aucun problème sur le budget…) Ensuite, après la dizaine d’heures de jeu, il faut bien avouer qu’il est (très) répétitif et qu’il n’essaye jamais de bousculer un peu son petit train-train. Vous enchaînez les missions et les pnj, vous prenez le temps d’être à jour niveau expérience et équipement (ça s’arrête aux armes) et c’est… Tout. Moi même le premier, j’essaye toujours de vous expliquer en quoi la répétitivité interne à un JV n’est généralement pas tant un souci que ça, sauf que là, effectivement nous parlons d’un Dynasty Warriors like mais contrairement à un Attack On Titan 2 qui arrive à se renouveler au bout d’un sacré bon paquet d’heures, pour ne citer que lui, là c’est service minimum.

WARRIORS OROCHI 4_20181012165904.jpg

Néanmoins, il faut bien se rendre compte que Warriors Orochi 4 dégage un certain charme. Puisqu’il n’a aucune prétention à vouloir jouer dans la cour des gros de cette fin d’année et qu’il vous propose un plat tout à fait à part, Warriors Orochi 4 arrive à faire ce qu’il fait avec efficacité. Certes, graphiquement, ce n’est pas la joie et certes c’est répétitif, mais ce que je retiens avant tout, c’est qu’il défoule quand même. Après une grosse journée compliquée, j’ai pris beaucoup de plaisir à prendre la manette et à me dire que j’allais lui consacrer deux-trois heures par jour, histoire de démonter des armées par paquets de quarante douze et ça, on ne peut pas lui retirer cette chose en particulier.

WARRIORS OROCHI 4_20181012183051.jpg

Ce que j’ai aimé :

WARRIORS OROCHI 4_20181012163729.jpg

  • Un casting record du monde avec quand même plus de 170 personnages (même si on se sait pas trop où donner de la tête)
  • Ça défoule un max quand même
  • Plutôt propre techniquement parlant
  • Une grosse durée de vie (plus d’une trentaine d’heures de mon côté)
  • Un aspect rpg classique mais bien pensé
  • L’ajout de la magie, combinée avec la musou classique, c’est open bar niveau compteur de morts
  • Des cartes qui ne se répètent pas dans leur environnements

Ce que j’ai moins aimé :

WARRIORS OROCHI 4_20181011193108

  • Pas de traduction FR
  • Très répétitif
  • Un scénario qui tient tout entier sur un timbre poste
  • Graphiquement d’un autre temps
  • Que viennent foutre Zeus et Athéna au milieu de ce bordel ?

Son Verdict :

WARRIORS OROCHI 4_20181012163711.jpg

Je ne vais pas faire la liste de tout les Dynasty Warriors Like que j’ai pu faire jusqu’à maintenant mais Warriors Orochi 4 s’inscrit dans le milieu de panier du genre. Ni trop excellent, ni trop mauvais, il fait ce qu’il sait faire avec une nonchalance certaine, sans trop regarder ce qui se fait à côté. Défoulant mais répétitif, il a quand même le mérite de proposer une formule singulière en cette fin d’année où les Triple A s’en donnent à coeur joie. Si le genre ne vous à pas déjà écœurés et que ce qui sort ou va sortir ne vous parle pas, Warriors Orochi 4 peut tirer son épingle du jeu, à condition que son absence de traduction ne vous en éloigne pas.

*Critique et screenshots réalisés à partir d’une version PS4 physique fournie par Koch Média que je remercie profondément ❤

Publicités

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Shad dit :

    Oh il m’a bien botté ce test. Ça fait depuis DW5 que je n’ai plus chatouillé la licence et les points relevés dans cet article vont peut être mettre faire sauter le pas. 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci 🙂 Tu n’a plus qu’à craquer mtn ^^

      J'aime

      1. Shad dit :

        Je vais l’ajouter sur ma liste de Noël. 😁

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s