Critique de Sunset Overdrive

Bienvenido senor y segnorita en Sunset City hiiiiihaaaa ! *Tousse* Merde, pourquoi je parle espagnol moi maintenant ? Bref les ami(e)s de tout bord ! Au programme aujourd’hui : des zombies pas très zombies, une boisson pas très gentille, des survivants pas très catholiques et un jeu un peu dérangé dans le cerveau. Laissez vous aller à la douce folie de Sunset Overdrive, LE jeu qui te fait pousser un humour un peu beaucoup pas très politiquement correct *clignement de n’yeulle insistant*.

Sunset Overdrive critique

Si Red Bull donne des ailes, alors l’Overcharge Delirium XT donne des… Mutants. Hein ? Quoi ? What ? The ? Fuck ? Bro’ ?

SO 4.PNG

Sunset Overdrive, développé par Insomniac Games et édité par Microsoft, sorti le 28 octobre 2014, prend place dans une ville fictive au joli nom de Sunset City. Une méga teuf est organisée par Fizzco, la grosse société qui contrôle la ville, et qui a pour but de présenter son dernier produit trop méga top bien, han ouais pour toi, pour elle, pour lui, pour nous, pour vous, bref, lâche tes biftons, on te dit que c’est trop bien. Ce produit, c’est une simple boisson énergisante tout ce qui a de plus ordinaire en apparence. Parce qu’au final, ça va se barrer en sucette aussi vite que quand tu dit une blague qui fait débarquer les SJW. L’Overcharge Delirium XT transforme alors leurs consommateurs et consommatrices en mutants assoiffés et plonge alors la ville en enfer orange. Fort heureusement, vous, vous étiez assez malin-maligne pour ne pas tomber dans le piège de la consommation (en fait, vous étiez occupés à ramasser la merde des consommateurs mais c’est rien, chut) et vous allez, par la force des choses, devenir le putain de personnage principal trop stylé de ouf.

Un héros ou une héroïne, une ville, des mutants : rêve ou cauchemar ?

SO 5.PNG

Avant que le jeu ne commence, la première chose que nous sommes invités à faire, est de créer un personnage. Homme ou femme, le physique, le visage et tout ce qui en découle, on peut se faire un personnage à notre image (ou non). A l’image des graphismes, votre personnage fait un peu « comics » mais au fur et à mesure de mes heures de jeu, j’ai fini par être dans le rôle et m’identifier, plus ou moins, à mon personnage et je précise qu’au passage, Sunset Overdrive à la merveilleuse idée que de lui donner la parole. Quand bien même, nous aurons toute et tous un personnage unique, celui ou celle ci à sa propre VF et ses lignes de textes, ce qui renvoie d’autres JV de la concurrence aux orties. Quand aux vêtements, la liberté prime, ce qui peut donner des styles assez particulier. Moi j’ai adopté le style « décontracté » avec veste en jean, lunette de soleil d’aviateur et Converse. Votre but, dans un premier temps, sera de vous enfuir de la ville mais rien ne se passera comme prévu. Sunset Overdrive ne révolutionne en rien la formule Monde Ouvert, missions principales et secondaires, défi et collectibles (et il y en a énormément de collectibles entre les rouleaux de papier toilettes, de chaussures qui puent, de ballons à l’effigie de la mascotte de la boisson, de téléphones portable, de néon aux couleurs de la boisson, de graffitis et de dessins spécifiques à trouver, il y a réellement une tonne de trucs à ramasser qui ont pour la plupart une utilité, hé oui) mais il le fait à sa sauce. Déjà, n’espérez pas vous déplacer à pieds, ici il faudra « grinder » (ou glisser sur les tuyaux), sauter, être propulsé par les toits de véhicules, de poubelles, d’arbres, de paravent et ainsi de suite pour évoluer et buter les ennemis (les overchargés ne sont pas les seuls ennemis de la ville, sauf que je ne spoilerais pas, même 4 ans après la sortie du jeu). Il m’a fallu 3-4 heures d’apprentissage pour m’habituer aux déplacements mais au bout d’un petit moment, il faut bien avouer que finalement c’est grisant à mort de buter tout ce qui bouge sans toucher pied à terre. Il vous faudra juste (ou non, c’est différent d’une personne à l’autre) un peu de temps afin de vous adapter au gameplay si particulier de Sunset Overdrive. De plus, je trouve que ce dernier est assez exigeant avec le joueur ou la joueuse à qui il demande beaucoup, c’est à dire de retenir les touches. En soit, mes premières heures sur le jeu n’ont pas été de tout repos, loin de là. J’ai même laissé de côté pendant 3 petits jours, puis je suis revenu dessus et le « déclic » s’est déclenché. La raison étant que la narration au début n’a pas aidée, à base de flashback et d’un tutoriel nébuleux. Néanmoins, plus on avance, plus Sunset Overdrive se révèle. Bref, j’ai connu des débuts plus faciles que celui là.

SO 7.PNG

Donc, mis à part être LE personnage ultra stylé de la ville, au milieu d’une bande de mutants pas gentils, vous y faites quoi ? C’est simple, vous êtes le faire valoir de tout le monde. Je ne plaisante pas, vous êtes le gentil chien-chien des différentes tribu du jeu qui sont définitivement en concurrence sur les clichés véhiculés. Bref, vous serez aux petits soins de tout le monde sans qu’ils ne se préoccupe un seul instant de votre bien être mental. Mais ça tombe bien, pas besoin de hurler aux quatre vents à quel point je suis siphonné du cerveau. Néanmoins, vous aussi, vous avez une tribu. Plus ou moins. Votre partie qui vous est réservé est un petit QG qui n’a d’autres utilités que de vous renforcez à certains moments du jeu dans un système de Tower Défense, de nuit, qui consiste à protéger un pipeline bourré d’Overcharge des mutants pendant un certain laps de temps. L’occasion de buter tout ce qui se présente à vous, tout en protégeant votre base. Ça relance un peu la monotonie qui peut s’installer et c’est assez fun. La récompense étant une flopée de pouvoirs passif-actif vous offrant tout un panel d’options vous aidant à mort. Appelés « Rush », ces pouvoirs peuvent être soit offerts via le système de tower défense mais aussi achetés avec les collectibles disséminés sur la map (pas de panique cela dit, vous pouvez acheter des petites cartes vous donnant leur localisation).

SO 13.PNG

Tu veut flinguer à tout va ? Envoie « Je veut tout défourailler » au 1234 3245 *14.99€ la minute + envoi de huissier et Forces Spéciales selon opérateur*

SO 12.PNG

Le studio derrière Ratchet and Clank sait y faire question arme loufoque et le prouve une fois de plus avec Sunset Overdrive. Du lance nounours roquette au tire disque électrique en passant par une arme cracheuse de venin, le studio s’est lâché niveau conception des armes. En résulte des moments totalement loufoque mais ultra badass, surtout quand on se reprend une chiée de mutants avec seulement une peluche explosive de la mort qui tue ton rongeur de l’espace. Au niveau des armes, elles ont toutes des niveaux, cinq étant le level max, pour les upgrader, pas de secrets, faudra les utiliser contre les ennemis. Sachez aussi que comme votre personnage, vous pourrez les équiper des fameux rushs spécifiques leur donnant des pouvoirs supplémentaire (du genre tirer deux peluches qui compte pour une, par exemple). Deux manières d’avoir ces merveilleux jouets, les gagner via les missions ou les acheter. Coup classique en somme. Territoire plus que connu pour celles et ceux ayant fait les différents Ratchet donc.

SO 16.PNG

Une dose d’intelligence derrière un mur d’humour gras

SO 9.PNG

Avant de m’y plonger, j’ai lu ici ou là qu’il fallait adhérer à l’humour assez particulier de Sunset Overdrive. Et je suis assez d’accord mais là où je m’attendais à une oeuvre pour adolescent et désolé de le dire de façon cash, du genre de Fortnite et consorts, donc au ras des pâquerettes, Sunset Overdrive joue plus dans la cour de Deadpool (je parle des deux films). En jonglant entre le procédé du 4ème mur (qui veut qu’une oeuvre de fiction soit « consciente » de l’existence de son public) et référence à la pelle à la pop culture (il y a même une allusion à … C’est Pas Sorcier. Oui, oui !), Sunset Overdrive se veut être non seulement tout le contraire du politiquement correct, certes, mais il le fait avec une intelligence surprenante. De plus, même si à aucun moment il est y dit noir sur blanc, Sunset Overdrive comporte un gros « message » entre les lignes, c’est à dire une critique envers notre société de consommation. Je ne suis pas sûr que tout le monde comprendra, mais en ce qui me concerne, c’est assez limpide au fur et à mesure de mes heures de jeu. Puis il y a aussi ce qui concerne votre personnage. Au début du jeu, vous commencez pour ainsi dire en bas de l’échelle, traité comme de la merde, puis vint cette histoire de mutants gorgés de cette fameuse boisson et là votre personnage se révèle, s’élève comme une sorte de héros. Je conviens parfaitement faire étalage de ma propre perception d’une oeuvre ne se prenant pas du tout au sérieux mais je trouve que l’évolution d’un « raté » vers un héros que tout le monde respecte est un assez beau message, surtout à notre époque où tout le monde de bien placé n’a de cesse de rabaisser son voisin ou sa voisine moins « haut » dans l’échelle sociale d’une société sans foi ni loi pour son prochain ou sa prochaine…

SO 24.PNG

Oh qu’il est beau ce putain de lavabo O_o

SO 20.PNG

4 ans après sa sortie, je trouve que Sunset Overdrive pourrait « ressortir » sans souci tant ses graphismes beaucoup plus proche du Comics que du Cell Shading lui offre une identité pour le coup totalement inédite. De plus, le studio à eu la merveilleuse idée d’utiliser parfois des onomatopées comme dans les Comics papier lors des bastons. Du côté de la technique, même si parfois, il y a une flopée de mutants à l’écran, aucun ralentissements n’est à signaler, aucun freeze, rien n’à entacher mes heures de jeu, malgré ici ou là des bugs mineurs comme des corps encastrés dans le sol ou les murs mais rien de grave non plus. J’ajoute au niveau de la durée de vie que je n’ai pas compter des heures de jeu et que j’ai même pris le temps de récupérer l’intégralité des collectibles (oui, oui j’ai même osé oui). Bref, niveau durée de vie, je suis comblé. Comptez quand même une petite dizaine d’heures si vous ne faites « que » les quêtes principales, le double ou le triple si vous faîtes tout ce qui est proposé entre les quêtes principales, secondaires et les collectibles. Du côté de la bande son, il faut signaler la particularité très peu utilisée qu’il faut faire preuve de style pour qu’elle vous accompagne (en gros, il faut grinder partout). Assez punk rock californien, je la trouve assez répétitive et assez rébarbative à la longue. Toujours une tradition chez Microsoft, la Version Française d’office est une totale réussite, surtout la voix de notre personnage principal et la chef de la bande des Las Catrinas, bref c’est toujours aussi bon de ce côté là. J’avais lu ici ou là que Sunset Overdrive est assez répétitif dans son genre et pour ma part, je n’ai pas eu cette impression. Parce que le jeu est exigeant avec son joueur ou sa joueuse, constamment en mouvement et en soit, il me rappel un certain… Dying Light. Sans cesse en train de se déplacer et/ou de buter les chiées de mutants sur le chemin, c’est l’une des choses que j’adore dans ce Sunset Overdrive. Bref, une fois de plus, les gens confondent « répétitivité » et « répétitivité ». Bah oui, dans Sunset Overdrive, nous ne sommes là « que » pour être lâchés dans un Open World en proie aux mutants dégueulasses gavés de boisson énergisantes. Et ce qu’il fait, par rapport à d’autres dans le même genre, il le fait bien, très bien même.

SO 18.PNG

Verdict

SO 15.PNG

Aux côtés de Quantum Break, c’était l’une des exclus Microsoft qui m’a donné envie de me prendre la console et je ne regrette pas un seul instant. Fun, jouissif, intelligent dans son utilisation d’un humour de plus en plus rare, les gars de chez Insomniac Games ont eu une idée de génie quand ils ont développés Sunset Overdrive. Je vais même le dire cash mais je l’adore ce Sunset Overdrive, lui et son humour qui fait un bien fou. Mis à part une bande son assez répétitive et les trois premières heures de jeu très compliquées, je n’ai rien à reprocher à Sunset Overdrive. Une des meilleures exclus de la Xbox One, même 4 ans après sa sortie. Chapeau bas Insomniac !

Les + :

SO 23.PNG

  • Fun, jouissif et assez drôle dans son écriture
  • Une solide durée de vie
  • Les différents personnages, surtout la boss des Las Catrinas, tous aussi clichés les uns que les autres
  • Certaines quêtes sont à mourir de rire (comme la quête de Pupuce le chien robot par exemple ou celle du boss Fizzy)
  • La fin, qui est à mourir de rire
  • L’utilisation du procédé du 4ème mur
  • Les armes, aussi utiles que bien imaginées
  • On peut se faire un personnage homme ou femme à notre image (ou non), niveau immersion, on ne peut pas faire mieux
  • Une intelligence surprenante dans les propos du jeu
  • Graphiquement, je trouve ça assez joli et offre une identité visuelle inédite
  • Pas si répétitif que ça finalement
  • Une Version Française réussie
  • Notre personnage principal, doué de la parole, comme quoi, ce n’est pas si compliqué que ça ! *vise des yeux Ubisoft*

Les – :

SO 25.PNG

  • La bande son que je trouve un brun chiante par moment
  • Je voudrais bien une suite
  • Et c’est tout

Son appréciation

SO 27.PNG

Malgré les premières heures compliquées en terme de narration, Sunset Overdrive fait preuve d’une intelligence inattendue dans son humour et son perpétuel comportement de non sérieux constant. Tout est assumé, le loufoque et les situations de gènes ne sont pas là par hasard et c’est une totale réussite pour moi. Des JV de ce genre, j’en veut bien un de temps en temps, histoire de décompresser en se marrant un bon coup sans se culpabiliser de rire à un humour particulier que la société à ériger en choses à condamner…

*Critique et screenshots réalisés à partir d’une version physique Xbox One offerte par @Kevy_ que je remercie chaleureusement avec des bisous tout plein ❤

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s