[Focus] The Evil Within, du Jeu Vidéo au comics

Alors que Shinji Mikami était revenu sur le devant de la scène survival horror avec son studio Tango Gameworks et les deux épisodes de sa nouvelle franchise The Evil Within, Bethesda profite d’un succès inattendu pour lancer l’idée de comics sur trois de ses séries : Wolfenstein, Dishonored et enfin The Evil Within. Histoire de varier un peu les plaisirs sur le blog, je vous propose un petit retour sur l’oeuvre papier inspiré par le 1er volet de The Evil Within.

The-Evil-Within_2_aLEX-Sanchez.jpg.size-600.jpg

Le contexte

Comics TEW 1.jpg

Rappelez vous (ou alors laissez moi vous parler de The Evil Within), dans le 1er volet, nous suivions Sebastian Castellanos, inspecteur de police de Krimson City, dépêché sur la scène de crime de l’asile psychiatrique de Beacon. Tout s’enchaîne et le bougre se retrouvera pendu par les pieds, sur le point de se faire défoncer par un gros détraqué. Après s’être échappé et quelques rebondissements plus tard (soit quand même des heures de jeu), on découvre alors que la réalité des choses n’est pas ce qu’elle semble être et que Sebastian est enfermé dans le STEM, une machine capable de connecter les gens sur un cerveau principal afin de les contrôler. Sauf que manque de pot, le cerveau principale est celui d’un être torturé, qui a basculé dans la folie furieuse. S’octroyant des pouvoirs comme bon lui semble, Ruvik s’est bien décidé à se venger de tout ceux se mettant en travers de sa route mais aussi de ceux l’ayant trahi. Son but, prendre le contrôle d’un corps spécifique, histoire de sortir de la machine et foutre le bordel dans la vraie réalité. Il y a aussi la question d’une organisation secrète, Mobius, qui veut elle se servir du STEM pour asservir le monde dans la peur. Bref, un énorme bordel dans lequel s’est fouré Sebastian, un policier brisé par la perte de sa femme et de sa fille, qui a trouvé refuge dans l’alcool.

Le Comics

Comics TEW 2.jpg

Oeuvre papier conjointe de Ian Edginton, Alex Sanchez et Ed Anderson, éditée chez nous par Omaké Books, le comics The Evil Within est l’assemblage de 4 petits comics sortis aux States et assemblés en un livre chez nous. Traduit à 100% en français qui plus est. Nous y suivons une certaine Dana, qui recherche sa meilleure amie disparue. Sauf que comme de par hasard, elle se retrouvera dans un beau bordel. Assistée de Jack, Paul et Ruth, elle va devoir survivre coûte que coûte aux monstres de bases, les villageois et ceux plus emblématiques comme Box Man, Laura, le sadique et enfin Ruvik. Prévu en chapitres, chaque personnage à droit à sa petite histoire et sa justification quand à sa présence avant d’y passer dans le sang et la fureur. Et vu que c’est un petit groupe, il en restera forcément un qui découvrira pour vous, lectrices et lecteurs, le fin mot de l’histoire. Autant de chapitres pour autant de personnages, donc 4 mais il est inutile de spoil, vraiment car comme vous allez le voir plus bas, ce comics est assez inutile en soit.

Mais avant de vous parlez de mon avis sur cette oeuvre papier, les dessins sont tous en couleurs, avec parfois un joli coup de crayon et parfois des choses un peu moins belle qui me font rappeler le procédé autour de l’animé Dragon Ball Super (mais si, souvenez vous d’une petite polémique autour de certaines scènes absolument hideuses niveau graphisme et animation). Ici, c’est un peu pareil, ça oscille entre certaines cases ou pages absolument magnifiques et d’autres vraiment singulière niveau coup de crayon où certains visages peuvent être soient carrément absent ou avec un design particulièrement atroce.

Destiné aux fans de The Evil Within en particulier, le comics est avant tout un objet fan service et rien d’autre. Et encore. Pour ma part, la lecture ne m’aura pris qu’une petite demi heure. Une petite demi heure agréable qui aura eu le don de me faire revoir Ruvik dans une fin vite expédiée et expéditive. Mais je n’ai rien appris de nouveau sur ce que je sais déjà$. Je finis aussi sur le fait que ce comics n’est pas canon à l’oeuvre vidéoludique et que ce n’est pas nécessaire de l’acquérir afin d’en découvrir un peu plus. Il s’agit juste de proposer un condensé des personnages les plus importants du côté des vilains monstres de The Evil Within et de vous racontez une nouvelle et courte histoire et c’est tout.

Je remercie chaleureusement @Kevy qui m’a offert le comics The Evil Within et permit l’écriture de ce papier ❤

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s